Rechercher dans ce blog

mardi 15 mars 2016

Etat des lieux

Au 1er janvier 2015, la Martinique compte 204 000 femmes. Elles sont 30 000 de plus que les hommes. En 2012, les Martiniquaises vivent en moyenne 6,6 ans de plus que les hommes. Leur espérance de vie à la naissance, 85,4 ans, est supérieure à la moyenne nationale. L'écart d'espérance de vie est lui relativement stable en Martinique sur la période, alors qu'il diminue en France hexagonale.

Structure du ménage

La structure du ménage a des conséquences sur la vie quotidienne et explique en partie les difficultés d'accès à l'emploi. En Martinique, les femmes occupent une place essentielle dans les familles martiniquaises, où le système d'organisation est matrifocal (structuré autour du lien à la mère ayant le pouvoir domestique). Cela se traduit notamment par une forte surreprésentation des cheffes de famille monoparentale, considérée comme « défavorable » aux femmes. 
En 2011, 32 % des Martiniquaises de 25-54 ans sont cheffes de famille monoparentale, soit 29 points de plus que chez les hommes (9 fois plus de femmes que d'hommes). Cet écart, similaire à celui de Guadeloupe, est en hausse par rapport à 1999, et augmente plus fortement qu'en France métropolitaine. Au sein des familles monoparentales, seules 27 % des femmes sont propriétaires de leur logement, soit deux fois moins que les hommes. Cet écart s'est accentué en Martinique entre 1999 et 2011, alors qu'il a stagné en France hexagonale.
L'écart d'âge moyen à la parentalité se renforce également entre les femmes et les hommes. Les Martiniquaises ont leurs enfants en moyenne à 29,3 ans (tous rangs de naissance confondus), soit 3,5 ans plus tôt que les hommes. Comme en Guadeloupe, cet écart est plus marqué qu'en France hexagonale, suite à sa forte progression dans les années 2000.

Diplôme et scolarisation

En 2011, 28 % des Martiniquaises de 25 à 54 ans sont diplômées Post-Bac, soit 7 points de plus que les hommes, alors que cet écart est de 6 points en France métropolitaine. Cet écart est à nuancer par le fait que les diplômés de sexe masculin sont ceux qui migrent proportionnellement le plus.
L'évolution de l'écart femmes-hommes du taux de scolarisation est également plus favorable aux Martiniquaises qu'en moyenne aux femmes de France hexagonale. En 2011, 86 % des Martiniquaises âgées de 18 ans sont encore scolarisées, soit une part équivalente à la moyenne nationale, alors que seuls 76 % des Martiniquais le sont, soit 6 points de moins qu'en France hexagonale.
(http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=23&ref_id=23996)

Aucun commentaire: